Santé et Justice Sociale

French

Group: 

PRESENTATION DU DEPARTEMENT SANTE ET JUSTICE SOCIALE DE ACI

Des acquis certains …


Depuis 1983 année de démarrage de ses programmes et interventions au Sénégal et dans la sous-région, le Département Santé de ACI a développé une expérience et une expertise reconnues en matière de renforcement de capacités et de valorisation d’acteurs et de structures communautaires de base, ainsi que dans le domaine du plaidoyer et du dialogue politique sur des questions majeures de santé publique (riposte au VIH/SIDA, santé de la reproduction des adolescents, planification familiale…).

ACI a mis notamment en œuvre au fil des années trois programmes phares :

  • Un Programme de renforcement de capacités d'ONG, OCB et réseaux (renforcement des systèmes communautaires), avec une emphase sur les associations de PVVIH et les organisations de populations clés ;
  • Un Programme de dialogue politique et de plaidoyer en direction des religieux (chrétiens comme musulmans), des médias (responsables de presse, journalistes, agences de régulation et d’autorégulation, écoles de formation en journalisme et communication, radios communautaires), de politiques (parlementaires, maires), des collectivités locales, de leaders du secteur privé, d’artistes (comédiens, artistes issus des métiers de la musique), de leaders communautaires, de responsables du secteur judiciaire et d’organisations de promotion et de défense des droits humains…
  • un Programme de renforcement de systèmes (Assistance technique au CNLS et aux ministères - mainstreaming du VIH dans le secteur éducatif, mainstreaming du VIH dans les organisations humanitaires, renforcement de capacités des instances régionales de coordination, renforcement du continuum de soins…)


L’ONG ACI, à travers son département Santé, s’est positionnée au fil des années comme une structure génératrice de valeur ajoutée, qui a construit sa légitimité et sa crédibilité auprès de ses partenaires stratégiques comme opérationnels, par l’engagement et les compétences des membres de son équipe et sa capacité à s’adapter et répondre au mieux aux besoins des structures et acteurs qu’elle accompagne.

Une mutation en cours …

La quête de la justice sociale étant au cœur de sa mission, ACI a opéré des changements majeurs qui ont démarré en 2005 par une réflexion critique sur la place de la justice sociale dans ses interventions,  et qui ont abouti en 2010 à une nouvelle dénomination du Département « Santé » de ACI, qui est devenue le Département « Santé et Justice Sociale ».
Des activités majeures ont été développées, allant dans le sens de ce nouveau positionnement :

  • la conception d’un cours sur la Justice sociale et la transformation des conflits en Afrique francophone, en partenariat avec The Karuna Center for Peacebuilding,  The School for International Training (SIT) et World Education ;
  • l’élaboration et la diffusion d’un répertoire des acteurs francophones en justice sociale et transformation des conflits en Afrique ;
  • le démarrage d’un programme, dénommé « Këru jàmm, goxu jàmm », en réponse à la problématique des inondations pour contribuer à relever les défis induits par les changements climatiques dans la banlieue dakaroise.

Les missions du département ont donc évolué et se sont enrichies, les axes programmatiques et domaines d’intervention se sont élargis et diversifiés. Certaines évolutions mondiales dans la compréhension du concept de « Santé » ont été intégrées :

  • la santé résulte de l’interaction entre une personne et son milieu de vie et est un privilège lié aux conditions sociales, elle n’est pas que l’absence de maladie ;
  • parce que la maladie affecte les chances d’un individu d’avoir accès aux autres biens que la santé, elle devient une condition à la justice sociale ;
  • la justice sociale et la coexistence pacifique sont des conditions fondamentales de la santé des communautés.

ACI s’engage en faveur d’une meilleure santé des populations défavorisées (personnes démunies, pauvres et/ou en situation de précarité, en particulier les jeunes et les femmes) et des groupes socialement exclus (personnes vivant avec le VIH, hommes ayant des relations avec d’autres hommes, professionnels du sexe, personnes privées de liberté ou détenues, usagers de drogue, personnes handicapées, et autres personnes stigmatisées et discriminées,…).
Les questions de précarité et de pauvreté urbaine et leurs conséquences multiformes sur la santé (difficultés d’accès à l’information et aux services de soins, maladies d’origine hydrique par manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, sécurité alimentaire et qualité nutritionnelle, augmentation des dépenses en soins médicaux, inobservance aux traitements,…) seront davantage prises en compte surtout dans un contexte de changement climatique. Outre un statut social dévalorisé, les habitants des quartiers pauvres se trouvent le plus souvent privés d’accès à la justice et de participation citoyenne aux décisions touchant leurs conditions de vie. L’approche par les droits humains sera privilégiée.
La justice sociale devient ainsi une dimension transversale, sous tendant toute action du département.

Un nouveau positionnement qui s’affirme …

La vision du Département Santé et Justice Sociale de ACI pour les prochaines années est celle d’ « une structure qui renforce, à l’échelle sous régionale, l’engagement et les capacités des communautés à être actrices de leur propre santé et à militer en faveur de services de santé accessibles et de qualité, ainsi que de politiques qui garantissent la justice sociale et l’équité ».

Le département Santé et Justice Sociale de ACI intervient déjà ou compte mettre son expérience et son expertise dans le développement d’actions/programmes à trois niveaux :

  • Dans le cadre de la réponse à des épidémies émergentes ou ré émergentes (Infection à VIH/SIDA, infections sexuellement transmissibles, Tuberculose, Paludisme…) en renforçant les capacités d’action des acteurs communautaires, avec un focus sur les populations socialement vulnérables ;
  • Sur des problématiques et approches globales de santé : santé de la reproduction des adolescents, avec une meilleure prise en compte des questions d’éducation sexuelle complète, repositionnement de la planification familiale, santé de la mère et de l’enfant, santé communautaire et santé urbaine, en renforçant la capacité des populations à être moteurs de leur propre santé ;
  • Sur les déterminants de la santé, avec un focus particulier sur la construction de la paix et la transformation des conflits, la promotion et la défense des droits humains et de la dignité, la lutte contre les violences basées sur le genre, l’accès à l’éducation, la réponse aux conséquences des changements climatiques, l’alimentation et la nutrition, ainsi que la lutte contre la pauvreté


Le département s’engage à faire progresser la justice sociale par le biais d’interventions en réponse aux inégalités sociales de santé, qui contribuent notamment au développement des communautés, au renforcement de leur pouvoir d’agir (empowerment) comme moteurs de leur propre santé, à la participation sociale et enfin à une action locale ciblée sur les populations en situation de vulnérabilité.